S’échauffer avant un spectacle

Cet article appelle votre collaboration. Il expose une façon très personnelle de gérer les échauffements avant un spectacle d’improvisation. Cette vision étant très personnelle, n’hésitez pas à exposer la vôtre dans les commentaires

Après avoir expérimenté plusieurs sortes d’échauffement,  voici ce que j’aime ou n’aime pas faire pour me préparer à un spectacle.
Je vais me placer dans le cadre « neutre » du show d’impro (format plutôt libre, court ou long, à plusieurs comédiens). J’évite les formats compétitifs (Matchs, Catchs) ou très spécifiques (comédie musicale improvisée par exemple)

Ce que je n’aime pas faire

  • Faire des impros : si je les réussis, j’ai l’impression de « griller » toutes mes bonnes idées ; si je les rate, je suis en perte de confiance pour le spectacle . Je n’ai pas besoin de me rappeler comment faire des impros avant un show. Mieux vaut que je me mette dans le bon état qui va faire baisser ma peur et libérer ma créativité.
  • Faire trop de jeux qui font monter l’énergie (passage d’énergie, killer, Big Buddy…). Un seul me suffit. Quand j’en fais trop, je n’ai plus le choix de mon énergie pour le spectacle. Je suis dans un jeu forcément rapide et punchy. Du coup peu de variation de rythmes, d’ambiances , de styles.

Ce qui m’est indispensable

  • Faire des exercices d’articulations : Ça me prend à peine cinq minutes, mais si je ne les fais, je bafouille plusieurs fois pendant le spectacle. Le petit livre de Paul Gravollet intitulé « Déclamation » donne de bons exercices. Les premiers  dérouillent déjà bien les mâchoires.
  • Échauffer la voix : pour que la voix porte, pour que le public entende, les exercices d’échauffement au chant sont parfaits. A ne pas les faire, la voix reste contenue et coincée dans la poitrine.

Ce que j’aime faire

Dans son livre « Acting on impulse », Carol Hazenfield dit que acting-impulse
« La tête est dans le futur (entrain de prévoir) ou dans le passé (entrain de se souvenir). Seul le corps est dans l’instant. ».
Donc pour être dans l’instant, la solution est de se plonger dans son corps. Et c’est vrai ! Ça marche ! Quand je fais des exercices d’assouplissements ou d’échauffement corporel , ma tête décroche, et le lâcher prise nécessaire au spectacle se met en place.
En exercice d’assouplissements je prends deux à trois asanas de yoga. Pas besoin d’être un yogiste accompli pour cela. L’idée est de faire des exercices d’étirements et d’assouplissements pour que les mouvements, la démarche et les postures reprennent ampleur et élasticité. Ainsi mon corps se dérouille,  reconquiert une liberté dont je l’ai privée toute la journée. Il en découle un jeu où mon corps prend plus de place, s’exprime davantage, du coup ma palette de personnages est plus large .

L’exercice suivant, que je développe en cinq temps s’inspire d’un exercice de Ruth Zapora exposé dans « Action Theater, The improvisation of presence » . Il a l’avantage de mettre tout le groupe dans une relation organique, et de préparer un terrain favorable à la connexion.

1er temps :
Faites marcher les comédiens dans l’espace puis dirigez les en énonçant les choses suivantes : « Accélérez, regardez où sont les autres, prenez conscience des espaces vides, suivez quelqu’un puis abandonnez sa poursuite, évitez de faire des cercles, portez votre attention sur votre respiration, où est elle placée (poitrine ?, gorge ?, ventre?) comment vous situez vous par rapport aux autres, marchez, courrez, ralentissez, ré-accélérez, attention sur votre respiration… »

2ème temps :
Au bout de quelques minutes, les comédiens marchent toujours dans l’espace : « Vos corps sont interconnectés, ils n’ont pas besoin de se voir pour s’impacter. Ils sont liés les uns aux autres s’influencent et s’inspirent. Quand vos corps le décideront, ils s’arrêteront tous en même temps et repartiront tous en même temps. Sur des temps, courts, longs, dont la durée ne sera pas prévue, pas programmée. Seuls les corps décideront. Les corps aiment l’erreur, chérissent les risques, se font confiance ».
Laissez trois à quatre minutes pour laisser les corps faire une série d’arrêt-départs ensemble

3ème temps :
« Les corps vont se rapprocher, jusqu’à s’enchevêtrer, puis s’éloigner, puis s’enchevêtrer puis s’éloigner…. Et toujours en connexion, ils s’arrêteront en même temps et se remettront en mouvement en même temps. Parfois, certains corps s’enchevêtreront, pendant que d’autres s’éloigneront. La connexion est présente. Que les corps soient proches ou non, ils sont interconnectés et s’impactent.

4ème temps :
« Quand les corps seront en mouvement, ils émettront un son. Les mouvements et les sons des uns impacteront les mouvements et les sons des autres. Tout ce qui inspire les corps est là. Rien n’est à chercher. Tout est déjà présent . Les corps sont en mouvement ensemble et se figent ensemble»

5ème temps :
Même chose que précédemment mais  quand les corps seront en mouvement, ils diront une phrase.
« Les mouvements et les phrases des uns impacteront les mouvements et les phrases des autres. Les corps sont en mouvement ensemble et se figent ensemble .Quand les corps le décideront, l’exercice s’arrêtera définitivement. »

A l’issue de cela, je suis dans le bon état ! Après, c’est la fée de l’impro qui décidera si le spectacle fonctionnera ou pas. On doit s’en remettre à cette part d’imprévu, accepter qu’on ne la maîtrise pas.


2 Comments

  • Hugh

    26 octobre 2015

    Puisqu’il faut participer, voici ma contribution !

    https://improetc.wordpress.com/2014/01/23/le-bon-echauffement/

    J’ai écris un article dessus il y a un moment, et c’est toujours l’un des articles les plus lus sur mon blog, donc visiblement le sujet intéresse beaucoup de monde… Et en plus y’a quelques commentaires à la fin de gens qui ne sont pas vraiment d’accord avec moi.

    Enfin je ne suis plus forcément d’accord à 100% avec ce que j’écrivais… En tout cas maintenant j’essaie toujours de prendre au moins 5 minutes pour m’étirer, surtout si je n’ai pas fait de sport pendant la journée.

    Et actuellement mon échauffement préféré est le Da Du Ron Ron. Basé sur cette chanson : https://www.youtube.com/watch?v=dqgtsai2aKY

    Vous vous mettez en cercle, et chacun sont tour chante un vers de la chanson (avec le texte de son choix…), en étant cohérent avec ce qui été chanté avant, et éventuellement en rimant. Et tout le monde reprend ensemble les « Da du ron ron » et « Ouiiiii ». Quand un cycle (donc 5 personnes) est terminé, ça reprend au début, soit en démarrant une nouvelle « histoire » soit en continuant la précédente.

    Donc ça fait :

    (1) Je chante un premier ver pour donner le rythme
    (tous) Da du ron ron ron da du ron ron
    (2) Et je chante en deuxième pour continuer
    (tous) Da du ron ron ron da du ron ron
    (tous) Ouiiiiiii
    (3) je chante un truc plus court
    (tous) Ouiiiiiii
    (4) ça rime avec amour
    (tous) Ouiiiiiii
    (5) et je conclus le tour
    (tous) Da du ron ron ron da du ron ron

    Et après autant danser et bouger en le faisant. Ca fait chanter, garder le rythme, faire un peu d’impro, bouger et s’amuser ensemble, c’est rapide et complet !

    Reply
    • Elaine

      27 octobre 2015

      Merci beaucoup Hugh.
      Effectivement j’aime aussi beaucoup le da do Ron Ron . Il met toute un groupe dans une atmosphère très positive d’amusement !

      Reply

Laisser un commentaire